Effleurer la Camargue [3]

Suite et fin de la balade en Camargue, j’avais bien dit que c’était rapide. La Camargue étant formée par le delta du Rhône, il y a des bouts de fleuve plus ou moins larges de-ci de-là, dont le Grand Rhône, qui a la particularité d’être large comme une Garonne à Bordeaux et surtout d’être navigable.
Port-Saint-Louis-du-Rhône est donc, comme son nom l’indique, un port de commerce (et un peu de plaisance) sur le Grand Rhône, mais aussi, via un chenal, sur la mer. Des bassins se succèdent, avec des ponts mobiles, un peu comme à Sète, mais en plus modeste apparemment, et aussi en moins joli. Le village (la ville ?) ne semble pas folichon, l’ambiance y était un peu morose ce jour-là. Mais il y a le fleuve, longé par une promenade, un peu triste mais pas désagréable. Des péniches y sont amarrées, ainsi qu’un sister ship du « Princesse d’Aquitaine », ce fer à repasser baladant le touriste entre Bordeaux et l’estuaire. Et surtout, on voit très vite que ces péniches-là ne sont pas décoratives, ce sont de vraies embarcations destinées au transport de marchandises, l’une d’elle venait d’ailleurs d’appareiller lorsque nous sommes passés.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s