BEYNAC

Des trois villages présentés ici aujourd’hui, Beynac est mon chouchou. Peut-être parce-que la langue d’oc n’y est pas un folklore :


Peut-être parce-que son château-fort est tel que je les imaginais, enfant, en lisant des contes, avec des pieux pour freiner les ennemis assoiffés du sang de la belle princesse :


Beynac, c’est une terre mi-légende mi-histoire du moyen-âge, mais bien romancée, l’histoire. Tout y est : la forteresse imprenable, au temps où la Dordogne servait de frontière entre la France et l’Angleterre, sacrée guerre de Cent Ans ! il y a aussi les croisades, des chevaliers qui y laissent leur peau, et un zeste de Richard Cœur de Lion. Le village lui-même est typique de ce que nos maîtres nous ont appris à l’école primaire, avec les paysans et artisans en bas, près du fleuve, pouvant se réfugier au château en cas de menace :


Enfin, ce qui me plait à Beynac, outre le fait que l’on peut y déjeuner fort bien hors des pièges à touristes (je retiens en particulier une délicate effilochée de morue suivie d’une épaule de porcelet laquée), ce qui me plait, disais-je, c’est que là, au-moins, on a le sens des vraies valeurs républicaines :

—> A cliquer :

2 réflexions sur “Trilogie touristique en bord de Dordogne [3/3]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s