Dernière balade girondine de 2010

Tandis que la Seine montait à Paris, hier la mer baissait à la pointe du Cap Ferret, laissant voir nettement le champ des blockhaus dégringolés de leur gangue de sable, véritable cimetière marin pour béton armé :

Malgré les températures polaires, que le soleil rendait à peine supportables, mais au-moins c’était joli à regarder, malgré le froid, donc, un pêcheur que je n’oserais qualifier de « pêcheur du dimanche » malgré le jour de la semaine où il officiait, un pêcheur, disais-je, pêchait (ou pas) :

Dans le petit chemin boisé entre route et plage, les mimosas nous rappelaient que janvier approchait dangereusement, dans deux ou trois semaines, ce sera jaune et odorant :

Pour clore la virée, un arrêt au village de L’Herbe, besoin d’huîtres oblige, mais pas moyen de crapahuter sur la plage pour papamaman, mon keum et moi, question de règlement :

Sur ce mes petits amis, je vous laisse pour quelques jours, portez vous bien ! Bye !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s