What’s new ? [mercredi 29 septembre 2010, 15 h 00]

  • La terre a tremblé. Sur Oléron-petitpatapon, et puis aussi un peu sur l’île de Ré, secousse ressentie jusque dans le Maine-et-Loire. Rien de grave, même pas peur, même pas mal. Juste un moyen de rappeler que géologiquement les îles charentaises se trouvent à l’extrême sud du Massif Armoricain, et que donc l’activité sismique, sans faire la une des journaux, n’y est pas nulle : séisme modéré près de l’île d’Oléron, pas de dégâts (Le Parisien).
  • Tableau de la France moyenne : ils vivent avec 1 580€ par mois (Rue89).
  • C’est un phénomène de balancement des courants marins bien connu, qui amène tantôt la sécheresse tantôt trop de pluie. Quand El Niño cesse d’agir, La Niña noie le nord de l’Amérique latine (La Croix), d’où glissement de terrain meurtrier au Mexique et en Colombie.
Publicités

Collection # 66

De face, de dos ou de profil : une libellule au Jardin Public
Bordeaux, septembre 2010



Tout ça pour ça …

Gare Centrale de New-York City, plus grande ville de la plus grande  puissance mondiale, ville géante, avec, c’est logique, une gare de chemin de fer à la hauteur du prestige de la ville, de la grandeur du pays, du business de l’oncle Sam, and so on …

Gare magnifique, grandiose par ses volumes, ses matériaux (le marbre, y’a pas à dire, ça en jette !), sa lumière diffusée par de vastes baies. Gare mythique, qui ressemble à d’autres gares US mais en très grand, qui rappelle certains films d’Hitchcock avec son ensemble de guichets dans un kiosque central. Gare cinématographique, décor fabuleux.

Décor ? et oui … Un bâtiment extraordinaire pour bien peu de voyageurs (toutes proportions gardées) et pour des trains … folkloriques, approximatifs, vieillots, ringards, bref, sur ce point-là, les States sont mauvais. Très mauvais. Non pas parce-que les billets, à l’intérieur des voitures, sont contrôlés façon « poinçonneur des Lilas », par un brave gars à casquette qui fait des p’tits trous, toujours des p’tits trous dans le ticket ad hoc. Quoique … c’est quand même un signe …
Mauvais parce-que les Etats-Unis sont un des pays au monde où on prend le moins le train. A moins que ce ne soit l’inverse : on y prend peu le train parce-que c’est une calamité, un parcours du combattant, un test in vivo du sens de l’humour des passagers. Une seule compagnie a survécu à la débâcle du chemin de fer pour voyageurs dans le pays (alors que le fret va bien, merci pour lui) : AmTrack. Une compagnie fauchée comme les blés qui rend un service lamentable. Les voies uniques non électrifiées sont choses banales. Les trains roulent lentement, pas forcément à plus de 50 ou 60 km/h. Certains gros centres urbains, comme Louisville (Kentucky) par exemple, n’ont même plus de gare : pour une aire urbaine de plus d’1,2 million d’habitants, ça la fout mal. Les horaires sont fantaisistes : il faut parfois aller prendre son train à 2 ou 3 h du matin, loin de chez soi, et ce n’est même pas sûr qu’il soit à l’heure. Et l’avenir ? Mr Obama y songe. On parle même train à grande vitesse, notamment sur la côte est, mais aucun constructeur US n’est sur le coup. Il se pourrait que ce soit une boîte chinoise qui emporte le marché, si tant est que les Étatsuniens soient un chouia motivés pour avancer vite sur des rails.

Diaporam’art # 23

Dictateurs

Ce diaporama nécessite JavaScript.


What’s new ? [vendredi 24 septembre 2010, 8 h 40]

  • La Chine n’a pas une tradition viti-vinicole bien ancrée. Jusqu’à une date récente, y déguster du vin, même d’importation, surtout d’importation, était réservée à une élite branchouille qui n’y connaissait que pouic, capable d’avaler cul sec un bordeaux dilué dans un peu de coca. La honte. Mais le niveau de vie moyen augmente, les modes arrivent, et actuellement, le premier importateur de bordeaux après l’UE, c’est la Chine, où le vin s’apprécie à mesure que le marché explose, dans les verres ad hoc et sans glaçon (Aujourd’hui la Chine).
  • Le racisme envers les Roms, qui ne doit pas chercher de justification dans le fait que « c’est comme ça depuis toujours » (le racisme est injustifiable, point barre !), suscite une certaine émotion, y compris hors de France où il s’est transformé en racisme d’Etat (vous reprendrez bien un verre de Vichy, monsieur le ministre ?). Un portfolio présente des Roms ordinaires, photographiés en Serbie et en Slovénie : les mille et un visages d’une communauté (Le Courrier des Balkans).
  • Ça va chauffer à La Réunion ! Piton de la Fournaise : passage en alerte de niveau 1. Rappelons que ce volcan ne fait pas partie des affreux-dangereux qui explosent, mais qu’il se contente de déverser dans un sublime spectacle des coulées de laves brûlantes. Il faut juste éviter d’être sur le passage !  (Le Quotidien de La Réunion).

Retour de manif

Parce-que ce n’est pas en baissant les bras qu’on peut gagner la partie, parce-qu’une loi votée à l’Assemblée (mais pas encore au Sénat !) peut être annulée, parce-qu’il ne faut pas lâcher sur des enjeux aussi lourds de conséquences que cette question des retraites, parce-que les années de retraite en bonne santé sont (presque) toujours les premières, parce-que la productivité et la pénibilité du travail sont très élevées en France et qu’il faut aussi en tenir compte, parce-que « marre de cette société-là, qui plonge les vieux dans la misère, les jeunes dans la galère », parce-que tout ça … nous étions à nouveau très nombreux aujourd’hui dans les rues de France, au-moins autant que le 7 septembre (pour Bordeaux : petite vidéo de cette manif-là), et toujours aussi déterminés, motivés et énervés. Quelques images de la fin de la manif quand, après un joli parcours, il fallut rejoindre le point de départ (les allées de Tourny) en passant par les quais et le miroir d’eau :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Métro, mon chaud métro

Un article du Monde attire ce soir mon attention, sans doute parce-que la chaleur suffocante du métro de New-York m’a laissé une forte impression. Cet article, intitulé « L’air chaud du métro, nouvelle source de chauffage dans les villes » (lien à validité très brève pour les non abonnés), évoque un projet pas sot du tout : et si on utilisait la chaleur présente dans les couloirs et tunnels du métro pour chauffer les bureaux et les appartements ?
L’idée a germé à Paris, mais elle pourrait fort bien entrer en application dans toutes les villes bénéficiant de ce mode de transport. Donc pas à Bordeaux, puisque cette idée a été abandonnée il y a déjà quelques années, les engins permettant de creuser les tunnels ayant été finalement utilisés pour peaufiner le système anti-inondation réellement exceptionnel dont bénéficie la ville, mais je m’écarte du sujet…
Le métro, donc. Ça chauffe, et pas qu’à New-York, et pas qu’en été (à propos du métro de New-York en été : chopez mes impressions ici-même). Utiliser cette chaleur revient ni plus ni moins à utiliser le principe de la géothermie, en beaucoup plus simple et moins profond, d’autant plus que les trous sont déjà faits. Certaines caves d’immeubles disposent même déjà, à quelques mètres près, d’une entrée directe sur un tunnel du métro parisien. Un bon coup de perceuse, et hop ! C’est évidemment un peu plus subtil, mais la mise en œuvre d’un tel projet ne relève pas d’une prouesse technologique bouleversante. Cela ne permettrait pas de chauffer forcément à plein régime des immeubles entiers, mais au moins cela participerait à l’effort global et allègerait la facture énergétique de manière significative. Il faut juste vérifier que l’air chaud ainsi injecté soit propre, qu’il n’ait pas cette insupportable odeur qui rend n’importe quel métro au monde parfaitement identifiable (et oui, le métro de New-York et celui de Paris puent tous les deux, mais ils ne puent pas pareil, et celui de Berlin est encore différent … A quand des blogs en odorama pour bien vous faire sentir les différences ?).