Les enfants perdus

Trois établissements scolaires catholiques hors-contrat en Gironde : trois seulement, c’est peu, mais ça fait du dégât auprès des mômes qui y passent. Sud-Ouest s’intéresse aujourd’hui à ces écoles qui échappent en partie au contrôle de l’Education Nationale, en distinguant bien les deux établissements laïcs, honnêtes, qui n’attendent qu’un coup de pouce pour signer les fameux contrats, des trois bahuts intégristes. Deux de ces établissements émanent de la Fraternité Saint-Pie X, mouvance d’extrême-droite pas si mal vue que ça au Vatican d’ailleurs, le troisième est encore pire (c’est l’école Saint-Projet, évoquée dans le documentaire des Infiltrés sur France 2). Revenons aux deux écoles de la Fraternité Saint-Pie X : il s’agit, d’une part, d’une école qui vante ses méthodes d’enseignement dites « traditionnelles », sur les Boulevards, à la limite du Bouscat et de Bordeaux, et, d’autre part, d’un pensionnat de jeunes filles sur la commune de Saint-Macaire, près de Langon. Les effectifs modestes de ces deux écoles s’expliquent notamment par le fait que le paiement des salaires des profs (« profs », en est-on sûr ?) n’est pas assumé par l’Etat, comme c’est le cas des écoles privées sous contrat. En échange, les contrôles de ce qui s’y passe sont ponctuels voire inexistants. On peut laver des cerveaux en toute impunité : après tout, pour former de la mère au foyer enceinte de son 5e lardon à 26 ans, les principaux concepts de la philo ne semblent pas indispensables ! (l’exemple cité existe, je l’ai chopé sur Copains d’Avant). Les enfants qui sortent de ces écoles et qui désirent intégrer l’enseignement public doivent subir un examen. Leurs professeurs ne sont pas non plus habilités à faire passer les examens nationaux que sont notamment le brevet et le bac. Mais ceci n’est pas le plus grave.
Ce qu’on enseigne dans ces écoles, outre les maths et l’orthographe, est élaboré par les esprits fumeux de la fameuse Fraternité Saint Machinchose, cette même Fraternité (galvauder à ce point ce mot me colle la chair de poule …) qui a lancé un appel contre la réception de Simone Veil à l’Académie Française et qui, à ce sujet, a même organisé une manif en région parisienne le 8 mars dernier, les rois de la calote reprochant à cette femme courageuse d’avoir élaboré et fait voter la loi légalisant l’avortement. Toujours au rayon des idées moisies, on peut lire sur le site web de ce groupe maladorant (et oui, j’ai cliqué, mais pour le lien : tintin ! pas question de leur faire de pub !) qu’il est contre le suicide (« mettre fin à ces jours, c’est tuer, et tuer, c’est un crime »), que, dans les écoles françaises, les enfants sont encouragés à l’homosexualité (en rapport avec le court-métrage sur la tolérance intitulé « Le baiser de la lune »), sans parler d’appels plus ou moins clairs à la haine envers les juifs et les musulmans « puisqu’ils sont contre le Christ ».
Jésus, bouge ton cul, y’a des cons qui crachent sur ta tombe !

—> Rebondissement (3 juin) : Sud-Ouest signale que le collège St-Projet, encore plus ultra-catho que les établissements de la Fraternité Saint-Pie-X, et qui avait fait l’objet du reportage des Infiltrés, vient d’être contrôlé par l’Educ’Nat’, preuve que la télé peut faire bouger les choses. Il en ressort que les SVT ne sont pas enseignées et que l’histoire l’est mal. Les enfants ne sont donc pas en mesure de maîtriser le socle commun de connaissances attendu à la fin de la scolarité obligatoire. Les parents doivent les scolariser ailleurs à la rentrée prochaine, sous peine de poursuites judiciaires pour défaut de scolarisation. Sans élève, le collège risque de fermer. C’est une excellente nouvelle.

« Les fachos, cassez-vous de là, sinon demain on fait exploser Saint-Eloi »

C’était un des slogans de la manif d’hier, manif qui réagissait au défilé intégriste organisé dans des quartiers passablement plus périphériques. Beaucoup de manifestants, tous âges, toutes convictions confondues, pas seulement des anars en noir qui veulent en découdre, loin de là. Un défilé long, très long, que j’ai quitté sur la place de la Victoire après trois heures de marche. Les dispositifs policiers mis en place étaient surdimensionnés et surtout désagréables, jusqu’à l’hélico qui surveillait la foule et les barrières anti-émeute sur les camions. On était bien loin des manifs interprofessionnels planplans, où, si les keufs ne font pas leurs grilles de sudoku pendant le turbin, c’est uniquement parce-qu’ils n’en n’ont pas le droit. Retour sur événement en moins de deux minutes :

Vodpod videos no longer available.

—> A cliquer :

  • L’article de Libé-Bordeaux qui relate l’événement.
  • Un bon article d’Aqui sur le même sujet, qui fait notamment allusion à la présence à Bordeaux de Caroline Fourest. Je ne cite volontairement pas Sud-Ouest, pour l’instant totalement à côté de la plaque sur ce point.

—> Rectificatif (30 mai, 17 h 15) : si ce matin relativement tôt, lorsque j’ai parcouru le site de Sud-Ouest, il n’y était question que de la manif des intégristes, la contre-manif étant traitée par dessus la jambe, ce n’est plus le cas actuellement. Le quotidien a mis en ligne un article honnête relatant cette contre-manif, mais sans rien apporter de neuf par rapport aux autres sources.

Ne pas laisser passer

On ne peut pas laisser passer ce qui porte atteinte aux droits humains, notamment la liberté des femmes envers leur propre corps. Demain, à Bordeaux, ces salopiots d’intégristes cathos — véritables insultes aux catholiques honnêtes, il y en a, j’ai des noms —, envisagent sans autre forme de procès de défiler dans la ville en proférant des slogans contre l’avortement. Les assassins, qui salivent de plaisir en bousillant la vie des femmes. Il est vrai que troncher la bonne, dans certains milieux aristocratiques, peut te poser un homme.
Pour lutter contre ces culs-bénits infernaux, une seule solution : être plus nombreux qu’eux et gueuler plus fort qu’eux. Rendez-vous demain à 12 h 30 place de la Comédie à Bordeaux. La manif est initiée par tout ce monde-là : Collectif bordelais pour les droits des femmes, AC! Gironde, APAFED, CIDF, Comité de défense de la Gynécologie médicale 33, Femmes Solidaires, GIROFARD centre LGBT d’Aquitaine, Libre pensée 47, Maison des Femmes, Mouvement Jeunes Femmes, Mouvement le CRI, Ovaires et contre tout, Planning familial, SOS racisme Gironde, UFAL,UR CIDF, CNT FAU, FSU, SUBTP33 CNT Bâtiment, Solidaires 33, Sud étudiant, Sud Emploi, UD CGT 33, Europe écologie/les verts, FASE 33, Gauche Unitaire, Groupe Anarchiste Bordelais, JC33, MJS 33, NPA, Parti de Gauche, PCF 33, PRG 33, PS 33.
J’y serai, soyez-y aussi.

Le nouveau lieu où l’on se baigne

Bordeaux-Plage, c’est connu : c’est la Mare à Canards, que la mairie, les guides touristiques voire les Bordelais s’obstinent à appeler « Le Miroir d’eau des Quais ». Maximum 3 cm d’eau, un bon rectangle bien lisse, des effets marrants (jets d’eau, brouillard), et c’est parti pour une franche partie de rigolade à base de glissades et éclaboussures, sans trop de danger. Bilan : la foule dès que la température extérieure permet de mettre les gosses en maillot sans leur faire courir le risque d’une pneumonie. La foule, c’est bien ça le hic. Va retrouver ton lardon dans une meute pareille ! Sans parler des autres nuisances, comme le piétinage de la serviette, la chaussure gauche séparée tragiquement de la droite, le bruit et même le risque d’être coursé par un chat géant :

D’où une solution alternative, permettant d’allier une piscine certes plus petite mais plus profonde (pas besoin de se rouler par terre pour être trempé), et surtout beaucoup moins bruyante car nettement moins utilisée à ce jour. Il s’agit de la Fontaine du Monument des Girondins, dans laquelle quelques minots un peu ados batifolaient aujourd’hui, les lascars montrant leur bronzage à des chipies qui riaient au soleil :