Un kilomètre de cubes

C’est un peu comme un jeu d’éveil pour un très jeune bambin : des cubes de taille croissante, donc qui, potentiellement, s’empilent ou s’emboîtent. Un camaïeu de vert, allant du très pâle là où les cubes sont les plus petits (80 cm d’arête), à une nuance soutenue là où ils sont les plus grands (1,2 m d’arête). Ces cubes ont été installés par des artistes dimanche dernier, de part et d’autre de la passerelle des quais, les plus foncés étant à ses pieds. Ils sont sensés rappeler à nos mémoires la tempête qui a secoué la forêt des Landes le 24 janvier 2009, et au passage, délivrent un message quant à la nécessité de la forêt dans le captage du carbone. C’est monotone, lancinant comme la litanie du type qui compte des moutons pour s’endormir, joyeux aussi parce-que cette couleur l’est, et en plus on peut jouer avec (slalom à vélo ou en roller, …). Le tout doit être démonté dimanche prochain.

Advertisements

Une réflexion sur “Un kilomètre de cubes

  1. Un alignement de cubes pour se rappeler que les forêts n’ont toujours pas été nettoyées de cette tempête dévastatrice ! Je trouve très intéressante l’expression des artistes pour une œuvre éphémère et de plus, en ville !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s