Cadavres exquis à Bordeaux III

MARGINALIA (photos de Pascal de Lavergne)
Bibliothèque Mériadeck, Bordeaux (jusqu’au 16 janvier 2010)

Le cadavre exquis, on y a tous joué à un moment ou à un autre. Il s’agit de composer un dessin ou un texte à plusieurs sans avoir connaissance ou sans tenir compte de ce que les autres participants ont réalisé. Au final, on a un texte délirant, parfois drôle, ou un dessin sans queue ni tête mais qui peut s’avérer plein de poésie.
C’est exactement à cela que j’ai pensé en visitant l’expo photos de Pascal de Lavergne (photographe et chargé de cours à Bordeaux III).  Des clichés shootés sur les vieilles tables des amphis de la fac de lettres, des classiques du genre dans la catégorie œuvre de l’étudiant qui s’emm… en cours, ou qui veut simplement déclarer sa flamme à Mathilde, dire son respect pour l’abbé Pierre ou affirmer bien haut sa devise : « Rillette forever ». Cette expo tient à la fois de la nostalgie (nos années étudiantes qui reviennent, parce-que les petits cœurs en pagaille et les devises à l’emporte-pièce sont toujours les mêmes  ; exemple : « le communisme aime tellement les pauvres qu’il souhaite qu’il y en ait plein »), du palimpseste et de l’art, oui, j’ai bien dit de l’art. Certains étudiants dessinent fort bien, la mise en couleurs tient la route. J’ai passé un temps assez long à tout lire, tout regarder : l’œuvre est à la fois attendue (les tables de fac se ressemblent toutes, surtout les vieilles en bois tendre que l’encre pénètre, malheureusement remplacées par des tables en stratifié trop lisse) et éclectique, dans ses sujets comme dans son traitement. De la poésie souvent (« Regarde au plafond, il y a des traces de pas »), des questions existentielles (« Pourquoi la sorcière Karaba elle est méchante ? »), une déclaration d’amour culinaire (« I like mayonnaise »), des convictions politiques (« Liberté au Tibet » à quelques mètres d’une caricature de Xavier Darcos), un poème de Victor Hugo, le dessin très complet d’une ville avec autoroutes et échangeurs, un peu de vocabulaire (le mot « phalanstère » sans faute d’orthographe), et même une page de pub (le logo Apple).

—> A cliquer : une petite image extraite de l’expo, dénichée sur le site de la Mairie de Bordeaux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s