Pleine mer à la pointe

Pointe du Cap Ferret, milieu d’après-midi. Bien que l’accessoire automobile qui serve le plus aujourd’hui soit le jeu d’essuie-glace, nous nous sommes lancés, juste histoire de voir la mer (au passage, on a aussi trouvé quelques poignées de lactaires délicieux, comme quoi c’est toujours quand on ne les cherche pas qu’on trouve les champignons). Déjà, il y a un mois, nous avions été surpris de voir à quel point la plage de la pointe du Cap Ferret avait été bouffée par les vagues. Mais là, à marée haute, la surprise est encore plus grande : il ne reste quasiment plus rien de la plage, et encore le coeff de marée n’était que de 85, ce qui n’est pas ridicule, mais j’ai hâte de voir les lieux par marée d’équinoxe. Attendons le printemps …

150

Les vagues, comme attendu, sont superbes. Nées des courants contraires entre l’océan et le Bassin d’Arcachon, ce qui en fait une zone particulièrement dangereuse pour la navigation, les vagues s’emmêlaient et s’entrechoquaient dans un bleu-vert métallique qui contrastait avec le gris presque uniforme d’un ciel bizarrement sans vent.

151

Les gens regardaient le double spectacle qui s’offrait à eux : celui de ces sublimes vagues et aussi celui des surfeurs, infatigables, qui rament pendant de très longues minutes avant de s’offrir les quelques secondes de grand frisson dans le rouleau rapide.

152

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s