Le samedi, c’est champipi

Qui dit automne en Gironde dit chasse aux champignons. Il y a de la forêt et de la motivation, c’est intrinsèque à la région. Soyons honnêtes : mon keum et moi-même débusquons plus aisément le lactaire délicieux, la coulmelle ou même notre roi le Cèpe dans les bois d’Oléron, en général quand on part les mains dans les poches, bien loin des instincts de chasseurs-cueilleurs de nos ancêtres. Et ici, à moins de 20 kilomètres de notre home sweet home ? on s’arme du panier ad hoc, on révise dans le grand bouquin acheté exprès pour ça, même qu’on a passé près d’une heure chez Mollat à le choisir, c’est dire si c’est sérieux. Au final : point de cèpes, alors que deux autres couples dans la forêt en ont débusqués. Plein. Nous ne devons point être doués. A défaut de cèpes, on a rapporté une quantité raisonnable de chanterelles, qui ressemblent pile poil à ce que nous avons lu dans le grand livre et à ce que Sa Seigneurie Google nous a appris sur le sujet, jusqu’à l’odeur caractéristique de mirabelle ou d’abricot. Et surtout on a rapporté des photos, des images d’autres champignons que ceux qui se mangent avec le rôti de dimanche midi.
Tout d’abord, la jelly originel. Contrairement à ce qu’on raconte, la jelly, ce dessert anglais typique, insipide et fluo, a une origine naturelle. Elle pousse sa couleur jaune à orange sur les branches tombées à terre, voire se lance dans le marron franc sur le tronc encore debout :

n0 n1

Il y a ceux qui s’accrochent aux arbres, de cette grosse langues épaisses et blanchâtres à la rimbambelle de mini-champignons avec leurs petits chapeaux pointus :

n2 n5

Il y a ensuite les petites billes de couleurs, en bande ou isolées. A gauche, de tous petits champignons de moins d’un centimètre de diamètre, beaucoup plus roses dans la forêt que sur la photo ; à droite un isolé franchement violet mais un peu flou, le bougre se planquait derrière des choses qui piquent :

n3 n4

Et puis enfin certains champignons se prennent pour des fleurs, soit en en adoptant la forme en vieillissant soit en s’accrochant sur une brindille, le bourgeon de celle-ci devenant le cœur d’une fausse fleur :

n7 n6

2 réflexions sur “Le samedi, c’est champipi

  1. RIEN du tout cet automne par chez nous! Certaines années on a l’impression qu’on trouve tous les champignons des bouquins, mais cette année… j’ai acheté des girolles russes à carrouf (beuh!): j’ai vérifié quand même qu’elles n’étaient pas phosphorescentes avant de les préparer, et foin des préjugés, c’était très bon.
    Tu utilises le flash dans les sous-bois?

    • Zéro flash, l’appareil photo s’est débrouillé comme un chef et a tout fait entre 200 et 400 iso. Il faisait soleil, ça aide.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s