Balade automnale au Cap Ferret [2]

Balade à la pointe du Cap Ferret, suite et fin. Entre parenthèses, heureusement que nous y sommes allés samedi dernier, par un beau soleil, parce-que la flotte d’aujourd’hui aurait un peu rompu le charme (mais ça fait pousser les champignons, on ne peut pas tout avoir). Ce qui attire aussi les badauds, sur cette pointe de sable, ce sont les blockhaus, et ce pour deux raisons : on cherche à les compter d’une part, d’autre part on regarde ce que les tagueurs plus ou moins doués en font.

00

Le nombre ? de moins en moins, mais il en reste. Inexorablement les cubes de béton armé jusqu’aux dents dégringolent sur le bas de la plage puis dans l’eau, où ils servent d’abri aux animaux marins, récifs artificiels finalement bien utiles. Il en reste sur le sable, et même encore au moins un en haut de la dune, à croire que patiemment le sable en fabrique dans ses entrailles et les recrache petit à petit. Je me demande ainsi combien il y en avait au départ, dans ces sordides années de guerre ? Ça devait être énorme. Aujourd’hui, ces blocs ne font plus peur à personne, ils glissent lentement, plus un seul n’est droit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s