La mémoire des huîtres

Site ostréicole de Fort-Royer (île d’Oléron)

Redim-4D’un premier abord, le lieu semble abandonné. Passerelle de bois pourri par l’eau, le sel et les années. Vieilles cabanes qui s’écroulent ou guère de moins. Il reste de ce site le calme infini d’un petit matin hors saison sur l’île d’Oléron, à peine troublé par le bruit léger de l’eau du marais qui s’écoule vers l’océan, nous sommes à marée descendante.

Redim-3

Et pourtant, pas si mort que ça, le vieux village ostréicole. D’abord parce-qu’un car de touristes était là et bien là, pillant la boutique du lieu (la machine à carte bleue a du tourner à plein, pour salicornes, sel en fleur et autres charmantes choses bien emballées, et c’est tant mieux). Ensuite parce-qu’il y avait des paniers d’huîtres dans les claires, ces bassins où elles font trempette avant de passer à table. Et puis surtout certaines cabanes arboraient de franches couleurs, vives et propres.

Redim-2
Redim-1Ce site de Fort-Royer, tout près de Boyardville, est en fait une sorte de conservatoire de la vie traditionnelle oléronaise, un mini-musée vivant et en plein air, que l’on peut même visiter avec un guide avant l’incontournable dégustation d’huîtres. C’est aussi un petit bout de la réserve naturelle de Moëze-Oléron, là où il est sage de prendre les fleurs … mais seulement en photo.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s