Bavardages new-yorkais

Redim-afficheWHATEVER WORKS
Film de Woody ALLEN

Les films de Woody Allen sont des films bavards. On y parle beaucoup, de tout, avec option nœuds au cerveau ou fou rire total. Les films de Woody Allen dont l’action (?) se déroule à New-York sont encore plus bavards que les autres, mais en prime on peut voir la statue de la Liberté en vraie et pas en carte postale, voire se faire traiter de néanderthaliens, oui, nous, le public présent dans la salle.
Avec Whatever works, et bien qu’il n’y joue pas, Woody nous sort une de ses comédies modèle spécial pour ses fans, mais qui a cette fois le mérite de plier aussi de rire les plus récalcitrants (je sais de quoi je parle, j’en ai un à la maison). L’absence du maître en tant qu’acteur passe assez inaperçu tant l’acteur qui joue le personnage de Boris, pivot de cette désopilante farce, est un clone mental du binoclard. Le héros est ainsi un type que la vie térifie, qui s’écoute parler, un misanthrope au grand cœur qui n’ose pas l’avouer. Gravitent autour de lui, ce génie méconnu de la mécanique quantique, quelques potes et surtout une drôlesse ayant a priori le QI d’une huître. Leur rencontre et les épisodes qui suivent, plus proches de la comédie de boulevard que du film intello, mais aux dialogues ciselés avec une lame aussi fine que tranchante, nous emmènent dans une valse rapide entre rires et demi-surprises. Et surtout, on y apprend enfin une des grandes vérités que nous recherchons tous : Dieu est gay et décorateur. Si.

—> A cliquer :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s